12. Interview d’Étienne CHARRIER, Directeur Technique du Château Prieuré-Lichine

Fév 3, 2022 | Au MICRO de Bacchus

Interview d’Étienne CHARRIER, Directeur Technique du Château Prieuré-Lichine

Pour ce nouveau podcast d’Au Micro de Bacchus, je suis ravie de recevoir Étienne Charrier, Directeur Technique du Château Prieuré-Lichine, grand cru classé 1855 situé sur l’Apellation Margaux.

Étienne CHARRIER nous parle de son parcours, de son métier en tant que Directeur Technique et comment il est arrivé au Château Prieuré Lichine. Il nous explique en quoi consiste son métier, les missions au chai et dans la vigne et les compétences nécessaires. On aborde le sujet de l’écoresponsabilité au sein du château et de ses méthodes pour être toujours à la pointe des avancées viti-vinicoles. Il nous présente également le Château Prieuré-Lichine, Grand Cru Classé 1855 et les prochains projets à venir.

Enfin, nous terminons par la fameuse rubrique perso ! 👍🏻

Retrouvez nous tous les 1ers jeudis du mois pour une nouvelle interview d’une personnalité du monde viticole-vinicole !

Bonne écoute

Pour satisfaire toutes les “teams”, retrouvez-moi dès aujourd’hui cet interview sur :

Team Youtube

Les Ateliers de Bacchus – Youtube 

Team Podcast : Spotify, Deezer, Apple Podcast …

Interview de Diala Younes

Je vous invite à liker, et à partager sans modération ❤

☀️ Bonne journée à tous ☀️

                                               

Bonjour à tous, je suis ravie de vous retrouver pour ce nouvel épisode au MICRO de Bacchus où je pars à la rencontre de personnalités du monde vitivinicole

Aujourd’hui nous allons interviewer Etienne Charrier qui est directeur technique du Château Prieuré Lichine. J’espère que vous allez en savoir un peu plus sur ce métier du vin.

Bienvenue bonjour Pauline je suis ravi de d’accueillir à Pireuré Lichine pour faire connaissance et parler du métier de directeur technique.

Et oui parce qu’au Micro de Bacchus, on fait un peu le tour de toutes les facettes du milieu vitivinicole. Et pour être directeur technique il faut être oenologue. Mais avant tout peux-tu nous raconter quel est ton parcours ?

Moi  je suis arrivé au Château Prieuré Lichine en 2009, je suis oenologue de formations..

Quelle promo ?

Promo 1999, Promotion Rosan Ségla étonnamment. Et en 99 jeune diplômé, la vie devant soit je pars deux ans en Afrique du sud pour apprendre les différents cépages, apprendre à vinifier du merlot, du chardonnay, du pinotage leur cépage traditionnel là-bas. Je suis revenu en france à Pomerol sur la rive droite en tant que maître de chai au château Mazeyres pendant pendant 8 ans. Et en 2009 une opportunité pour arriver à Prieuré Lichine pour commencer au niveau du chai est petit à petit prendre la direction technique de ce Grand Cru Classé.

Donc tu as quitté la rive droite ? C’est pas trop sans regret quand même ?

Et oui j’ai franchi le rubicon effectivement ! J’étais jeune

Quel est ton métier ?

Être directeur technique c’est un métier avec plein de facettes variées et un quotidien qui n’appellent pas de routine. C’est un peu le chef d’orchestre. Je travaille aussi bien avec les équipes de la vigne et avec les équipes du chai pour trouver le meilleur équilibre pour faire les beaux assemblage qui sont identitaires des grands vins de Bordeaux.

Il y a aussi depuis une dizaine d’années tout ce qui est qualité, tu es aussi responsable qualité de la propriété ?

Alors l’objectif aussi en étant directeur technique, c’est de faire vivre des certifications environnementales et tout cette grande rubrique : Qualité Hygiène Sécurité Environnement et c’est un prérequis aujourd’hui effectivement pour élaborer des grands vins.

Et du coup Etienne pour être oenologue et directeur technique quelles compétences faut-il avoir, autre que la biologie, la chimie, qu’on est obligé d’avoir à la faculté ?

Bien sûr qu’il faut un bagage scientifique pour comprendre de quoi on parle quand on parle de vinifications, quand on parle le choix de porte-greffe, de cépages, d’analyse de sol. Il faut tout ce bagage mais aussi une sensibilité, une appétence pour l’univers du vin, pour la dégustation. Il faut également une dose de management importante pour savoir adapter des équipes. C’est vraiment un travail collaboratif, collégiale avec des équipes vigne, des équipes chai, des consultants… dans un souci d’harmonie générale.

Qu’est ce que tu préfères dans ton métier ?

Ce que je préfère, c’est une période qui me plaît énormément, c’est la période des vendanges et des vinifications. Il y a une activité, une émulation on sent l’aboutissement du travail d’une année à la vigne. C”est un nouveau challenge qui commence avec les équipes de chais pour tirer le meilleur des raisins. C’est vraiment cette période de 3 semaines / 1 mois entre les vendanges et les vinifications qui est la partie la plus exaltante.

Et la partie que t’aimes le moins ? Tu peux dire l’administratif

Non effectivement c’est le travail de bureau, on n’est pas sur le terrain où il faut faire de l’administratif. Mais ça fait partie du job et on le fait.

Quand on est directeur technique est-ce que l’éco responsabilité à un rôle ‘important’ ? On a un peu parlé avec le contrôle qualité, est ce qu’il y a des choses en particulier que vous mettez en place ici ?

L’éco responsabilité c’est quelque chose effectivement qui est arrivé il ya plusieurs années maintenant dans la production. C’est un questionnement à chaque étape pour savoir comment être écoresponsable. Il y a énormément de voix quand on parle écoresponsabilités ça fait appel à plein de notions. Nous au Château Prieuré Lichine, on a pris le parti d’obtenir la certification HVE3, une certification environnementale qui atteste qu’ on est respectueux d’un cahier des charges. On peut tracer nos différentes actions que ce soit à la vigne ou au chai et dans le devenir des produits élaborés.

C’est lourd à mettre en place ?

C’est beaucoup de formations à suivre et à faire passer aux équipes.

Donc tu parlais formation pour être HVE3, donc on va switcher, aujourd’hui comment tu fais pour être toujours à la pointeuse nouveautés ? Comment tu fais pour te sensibiliser à tout ce qui se passe aujourd’hui ?

Pour être à la pointe des nouveautés, ça passe par de la curiosité naturelle en terme d’innovation. Alors on a la chance aujourd’hui avec le monde digital de pouvoir avoir accès à plein d’informations. Il y a les rencontres dans des salons professionnels : vinitech, vinexpo, même au niveau packaging… La matinée des oenologues c’est un moment formidable pour échanger avec différents intervenants qui ont des problématiques différentes. Il ya plein d’opportunités pour recevoir des réponses à des questions du quotidien sur sur l’exploitation.

Donc il faut rester ouvert en permanence finalement sur le monde .

Effectivement les chakras ouverts.

Alors est ce que le Covid a eu un impact à la propriété ?

Il a eu un impact inévitablement. Pas tant au niveau de la production puisque les équipes sont à l’extérieur et on a trouvé des fonctionnements assez compatibles avec les contraintes du Covid. Là où on a été plus impactés c’est sur notre activité oenotouristique où là il a fallu mettre en place les jauges, les contrôles de pass et un accueil adapté.

Et par contre niveau des ventes à Prieuré Lichine tout passe au négoce donc pas de problème pour ca ?

Alors une grosse partie de la production effectivement est vendu via la Place de Bordeaux. Mais on a une activité avec la boutique qui est non négligeable. On a mis en place un système de click and collect complètement nouveau et qui a eu son petit succès.

Très bien merci ! Alors peut-être que tu as un nouveau projet ? Qu’est ce qu’un directeur technique peut bien avoir comme nouveau projet dans les propriétés viticoles ?

Des nouveaux projets il y en a forcément tous les ans soit sur des expérimentations avec un choix de barriques ou un choix d’itinéraire sur une parcelle en particulier. Si je dois sortir un projet majeur qui nous qui nous tient à coeur ici, c’est de voir l’aboutissement de tout le plan de restructuration initié en 2015-2016 et des jeunes vignes qui vont arriver en pleine force de l’âge en 2023-2024. C’est de voir vraiment ce qu’on arrivera à sortir de ces vignes dans l’assemblage du Grand Vin, ça c’est un projet assez enthousiasmant oui.

Donc ça c’est un projet qui dure 6-7 ans. Il faut beaucoup de patience.

Beaucoup de patience et oui mais c’est quelque chose qui se prépare sur le long terme pour adapter l’outil, pour mettre en place au niveau des parcelles et les bons itinéraire pour que la vigne se sente bien là où elle est et faire des bons vins.

Petit zoom sur la propriété, dans laquelle tu travailles depuis toutes ces années, le châteauPrieuré Lichine. On est dans quelle appellation ?

A Prieuré Lichine ça fait donc treize ans que j’y suis, c’est dans l’appellation margaux, c’est un grand cru classé 1855 : 4e grand cru classé.

Quel est l’encépagement ?

L’encépagement c’est 55% cabernet sauvignon, grosse dominante cabernet sauvignon, pas si énorme que ça, il y a beaucoup de merlot. Il ya 40 % de merlot et 5% de petit verdot

Quelle est la superficie de la propriété ?

Le domaine s’étend sur 70 hectares de vignobles et toute la particularité de Prieuré Lichine c’est d’être vraiment sur toutes les communes de l’appellation. Le vignoble n’est pas d’un seul tenant uniparcellaire, c’est vraiment 70 hectares répartis sur les cinq communes. Donc c’est un atout majeur où on a un étalement dans les dates de vendanges qui permet d’être vraiment précis à chaque sur chaque ilot.

D’accord donc 70 hectares, la cuverie doit être immense ?

En 2013 on a construit un cuvier qui nous permet d’être assez précis sur les sélections parcellaires aujourd’hui.

Et ca appartient à qui Prieuré Lichine ?

Ca appartient au groupe Ballande depuis plus de 20 ans. ca a été acheté à la famille Lichine en 1999.

Allez maintenant Etienne on va passer à la rubrique Perso ! Ca va tu stresses pas trop ?

Tout va bien

La première question : si tu étais un vin, quel vin serais-tu ? Forcément tu vas répondre Prieuré Lichine, mais si tu en choisis un autre ?

Dans ta question, il y a plein de réponses possibles et pour pas faire de jalouxj’ai envie de dire un rive gauche et un rive droite. Des souvenirs des vins qui m’ont vraiment marqué à des moments. Il ya un Las Cases 1995 que j’ai goûté en 2002 et qui est absolument exceptionnel. Et un château latour, un millésime 2000 , goûté au bout de 12 ans qui était d’une onctuosité et d’un raffinement assez extra.

SI tu étais une musique, quelle musique serais tu ?

Si j’étais une musique, je suis musicien moi personnellement et il ya des sonorités qui me plaisent beaucoup où on peut allier instruments plus traditionnels et d’autres plus moderne et plus électro. Et on a un artiste français qui s’appelle Thylacine que j’affectionne particulièrement qui est passé il ya deux ans au Krakatoa et qui repassera en mai prochain au Rocher de palmer. Je vous conseille fortement d’aller écouter ce qui fait.

Ok d’accord, si vous connaissez n’hésitez pas à le mettre en commentaires on va regarder.
Si tu étais un film, quel film serais-tu ?

Si j’étais un film j’ai pensé à l’univers de Kapisch qui me plaît beaucoup et notamment un film qu’il a tourné en bourgogne sur l’univers du vin : une fratrie qui reprend le domaine familial. C’est le film “ce qui nous lie”. Il ya une scène assez mémorable au moment des vendanges où c’est très festif, très conviviale.

Bon il n’ya plus qu’à aller voir ce film lors de vos soirées confinées ou pas d’ailleurs pour en apprendre plus sur le vin.

J’espère vous avez appris plein de choses sur le milieu vitivinicole et que vous en savez un peu plus sur le métier de directeur technique.
Merci beaucoup Etienne de t’être prêté au jeu, j’espère que ca a été.

Très bien merci Pauline c’était une interview agréable, bonne continuation aux Micro de Bacchus.

Voici les anciennes interviews:

11. [Vente en ligne] Interview de Jean-Benoit AUZELY, Fondateur du site de ventes privées de vin 20h33

10. [Oenotourisme] Interview de Philippe MASSOL, Directeur de la Cité du Vin

9. [Caviste] Interview de Pierre Antoine BORIE, propriétaire de la Cave BRIAU

8. [Vignoble] Interview de Simon RULLIER, directeur général de l’entreprise RULLIER

7. [Oenologue] Interview Gilles de REVEL, doyen de la faculté d’œnologie de Bordeaux

Suivez-nous sur nos réseaux : 

Instagram : https://www.instagram.com/lesateliersdebacchus/

Facebook : https://www.facebook.com/lesateliersdebacchus/

Linkedin : https://www.linkedin.com/lesateliersdebacchus/

Panier
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0