8. [Vignoble] Interview de Simon RULLIER, directeur général de l’entreprise RULLIER

Déc 24, 2021 | Au MICRO de Bacchus

???? Interview de Simon RULLIER, directeur général de l’entreprise viti vinicole RULLIER????

Pour cette nouvelle interview d’Au MICRO de Bacchus, je suis ravie de recevoir Simon RULLIER, directeur général des entreprises RULLIER spécialisées dans le matériel vitivinicole. Il nous raconte son parcours, son métier.

Il vient nous expliquer les différentes évolutions du matériel depuis ces dernières années que ce soit dans les vignes ou dans les chais. On aborde également les démarches environnementales faites au sein de l’entreprise.

Enfin, nous terminons par la fameuse rubrique perso ! ????????

Retrouvez nous tous les premiers jeudis du mois pour une nouvelle interview d’une personnalité du monde viticole-vinicole ! ????

Pour satisfaire toutes les “teams”, retrouvez-moi dès aujourd’hui cet interview sur :

???? Team Youtube

-> Ici

???? Team Podcast : Spotify, Deezer, Apple Podcast …

Interview de Diala Younes

Je vous invite à liker, et à partager sans modération ❤

☀️ Bonne journée à tous ☀️

_____________________

Bienvenue au MICRO de Bacchus

Abonnez-vous

Bonjour à tous, je suis ravie de vous retrouver pour ce nouvel épisode au MICRO de Bacchus où je pars à la rencontre de personnalités du monde vitivinicole

Aujourd’hui j’ai le grand privilège d’interviewer Simon Rullier, Directeur général des établissements RULLIER. Simon, bonjour !
Je te remercie d’avoir accepté mon invitation au micro de Bacchus et de te prêter au jeu qui n’est pas forcément facile, de parler comme ça devant une petite caméra. Voilà je te laisse te présenter et nous raconter ton parcours jusqu’à que tu arrives ici aux établissements RULLIER Merci Simon pour toutes ces précisions et pour nous avoir raconté cette jolie histoire. Mais maintenant passons au technique ! Comment a évolué le matériel viticole depuis toutes ces années ?

Merci Pauline, c’est avec grand plaisir que je répond à tes questions.

Mon parcours est très simple: j’ai fait une école de commerce sur bordeaux et ensuite j’ai fait un master 2 spécialisé en audit et contrôle de gestion. Puis après une brève expérience dans l’audit financière dans des cabinets d’expertise et de commissariat aux comptes.

J’ai rejoint l’entreprise familiale qui s’appelle le groupe RULLIER donc qui a été créée par mon grand-père en 1950 et reprise par mon père dans les années 70. Et qui l’a développé jusqu’à l’arrivée de mon frère il y a une vingtaine d’années et la mienne en 2008 donc il y a 13 ans. donc ça fait 13 ans que j’ai rejoint l’entreprise et sur laquelle on s’attelle à continuer à la développer en faisant des efforts en interne, des efforts en externe et puis c’est essentiellement aussi se concentrer sur les nouvelles technologies les matériels évoluent énormément donc on vit avec son temps

Merci Simon pour toutes ces précisions et pour nous avoir raconté cette jolie histoire. Mais maintenant passons au technique ! Comment a évolué le matériel viticole depuis toutes ces années ?

Des améliorations il y en a beaucoup, il y en a eu beaucoup, il continue d’en avoir et il va continuer à en avoir

Il y en a tout d’abord parce que la partie viticole est issue de la partie agricole donc dans les tracteurs spécialisés et/ou dans les enjambeurs avec de plus en plus de guidage qui se crée, qui existait déjà sur la partie agricole notamment par rapport aux plantations mais qui s’extrait maintenant au niveau des outils de travaux de sol ou des systèmes de pulvérisation dans les tracteurs. Ensuite le matériel évolue énormément aussi parce que la viticulture pousse vers le bio et la biodynamie donc qui nécessitent de la récurrence dans les passages dans la vigne et donc qui nécessite d’avoir des outils travaux de sol performant et ou nécessitent de faire par exemple de la couverture végétale pour ceux qui souhaitent la faire en faisant des semis directs ce qu’on appelle semis directs dans l’agriculture et qui est maintenant utilisé de plus en plus dans la partie viticole

Ok très bien ! Et maintenant il n’y a pas une autre amélioration dans le monde viticole ? 

Dans le monde viticole : tout le temps ! Il ya aussi des améliorations sur le plan énergétique puisque les tracteurs étaient à l’époque à essence après ils ont été donc au gasoil et maintenant de plus en plus c’est le début de l’électrification des tracteurs qu’ils soient dans le cadre de projets au niveau du tracteur spécialisé qui passe dans de la vigne à 1,5m à 2m. on a déjà vu certain nombre de prototype qui risquent sortir dans les prochaines années. Puis sur la partie vignes étroites, au niveau des tracteurs enjambeurs, puisqu’on commence à distribuer et à vendre des tracteurs enjambeurs totalement électriques, 100% électrique.

Mais c’est génial ! Ca veut dire que le tracteur peut travailler toute la journée ou il faut le rebrancher et mettre des bornes électriques au bout des rangs de vignes pour charger ?

Nan, nan, nan pas jusque là. Ce tracteur enjambeur a une autonomie d’au moins 8 heures de travail et il a la possibilité pour ceux qui le souhaitent et qui voudrait faire par exemple plus d’heures dans la journée de pouvoir revenir entre midi et deux pour le recharger. En 1h, il va reprendre 50% de son autonomie.

Ahhh génial. Et ça c’était quoi il y a 5 ans ?

Il y a 4 / 5 ans que les premiers ont été distribués

Ok super ! Très bien après le viticole, le vinicole, c’est à dire dans tout ce qui se passe au chai, est ce qu’il ya eu des changements ou pas depuis toutes ces années ?

Il y a des évolutions qui se font. Les évolutions elles se font soit par des améliorations dans les systèmes de pressurage que ce soit sur du pressurage sous gaz inertes par exemple 100% inerté mais aussi et surtout sur la réception de vendange…

Est ce que ça c’est pour les gens qui veulent faire des vins sans soufre par exemple ?

Oui que ca soit du blanc et maintenant de plus en plus aussi pour du rouge ! Mais également sur toute la partie réception de vendanges avec des systèmes de tri optique, que l’on distribue depuis un certain nombre d’années dans des propriétés, vont avoir tendance, malheureusement par la pression des maladies qui existent aujourd’hui et qui sont de plus en plus récurrentes type mildiou où la nécessité des bains densimétriques, la demande en tri par bain densimétrique est de plus en plus demandés pour la bonne et simple raison que le système du bain densimétrique permet par flottaison d’extraire le résidu des matières sèches causé, essentiellement par le mildiou mais aussi par la matière végétale, pour pouvoir en extraire uniquement que le nectar.

D’accord super toutes ces avancées ! Très bien Simon et alors niveau environnemental, vous en êtes où ?
Est ce que vous arrivez à faire des démarches en ce sens?

Oui alors des démarches c’est peut-être un grand mot mais on essaie en tout cas de mettre en place un système de tri qui nous permet d’être le plus respectueux de l’environnement notamment sur tout ce qui est recyclage et sortie de pièces détachées ou d’huiles usagées qui sortent de nos ateliers donc sur l’ensemble de nos concessions effectivement, on tri un maximum l’ensemble des liquides et des solides et on les fait extraire par des sociétés spécialisées. Voilà pour notre démarche environnementale

Super, maintenant passons la rubrique perso !
Oh la la ca va tu stresses pas trop pour la rubrique perso ?

Pas du tout

Alors si je te demande ton film préféré ?

Ahh mon film préféré, ça va être Le Grand Bleu

Ouh encore un côté romantique ! Ton vin préféré, ça serait quoi ?

Alors mon vin préféré, je veux pas faire mon chauvin mais quand même. On a une petite propriété familiale

Une belle propriété familiale ! Qui s’appelle Château Dalem à Fronsac, c’est un excellent vin qu’il faut découvrir ! Majorité Merlot, quasiment à 100%.

Et bichonné par le matériel RULLIER j’imagine

Entre autre oui !

Alors si je te demande ta musique préférée à quoi tu penses ?

A la musique française !

Comme qui ? Vianney ?

Aznavour essentiellement !

Bon et bien très bien ! Merci Simon en tout cas pour cet entretien ! J’espère que vous avez appris mieux les aspects du milieu viti et vinicole via les machines.
Et je vous dis à très bientôt ! Au revoir Simon

A Bientôt Pauline, au revoir tout le monde !

Et surtout n’hésitez pas à vous abonner à la chaîne Au Micro de Bacchus pour continuer à en savoir toujours un peu plus sur le monde vitivinicole ! Merci

Voici les anciennes interviews:

7. [Oenologue] Interview Gilles de REVEL, doyen de la faculté d’œnologie de Bordeaux

6. [Oenotourisme] Interview Olivier OCCELLI, directeur de Office de tourisme et des Congrès Bordeaux

5. Interview de Jérémy SARTHOU, recruteur spécialisé dans le milieu vitivinicole

Suivez-nous sur nos réseaux : 

Instagram : https://www.instagram.com/lesateliersdebacchus/

Facebook : https://www.facebook.com/lesateliersdebacchus/

Linkedin : https://www.linkedin.com/lesateliersdebacchus/

Panier
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0