Les idées reçues sur le vin (1ère partie)

Chers apprentis œnologues,

L’été arrivant à grands pas, j’ai le plaisir de vous présenter la série de l’été ! Série dans laquelle chaque mois des idées reçues sur le vin vous seront présentées et explicitées.

Commençons avec les 3 premières :

  1. Le dépôt est un défaut du vin
  2. Le Champagne se sert dans des coupes ou des flûtes
  3. Un bon vin est forcément cher

En vous souhaitant un excellent mois de juin ! A très bientôt pour la suite.

Idée reçue sur le vin n°1 : le dépôt est un défaut du vin rouge

Le dépôt est un composant naturel du vin qui se développe au fil des années.
La molécule qui donne la couleur au vin rouge “anthocyane” doit se fixer à un tanin pour révéler sa couleur. En vieillissant, l’oxygène sépare ces deux molécules qui tombent naturellement. D’ailleurs c’est pour cela que les vins vieux sont moins tanniques et moins intenses car les tanins et les molécules de couleur forment le dépôt!

Ainsi, si votre vin présente du dépôt, pas de panique ! Il suffit de le décanter à l’aide d’un décanteur afin de séparer le dépôt du vin.

Idée reçue sur le vin n°2 : Le Champagne se sert dans des coupes ou des flûtes

Pour déguster un champagne dans les meilleures conditions, nous vous conseillons de laisser tomber les flûtes et les coupes et d’opter pour le verre tulipe.

Même si la coupe de champagne est synonyme de chic, elle reste trop large en laissant les arômes s’échapper. La flûte elle est au contraire trop étroite ce qui empêche une diffusion optimale des arômes.

Le verre tulipe est un verre allongé comme une flûte et arrondit au milieu comme une coupe. La hauteur du verre permet aux bulles de remonter le long du verre en se chargeant de composés aromatiques, avant d’éclater à la surface pour les libérer.

Idée reçue sur le vin n°3 : Un bon vin est forcément cher

On boit un vin et non une étiquette!

Le prix d’un vin se détermine en fonction de multiples facteurs tels que : le terroir, l’appellation, l’infrastructure du domaine à recevoir les touristes, les techniques de production, le potentiel de garde du vin, le cours du vrac, le coût de la matière sèche et les critiques reçues lors de dégustations. Cependant le prix d’un vin ne vous garantit pas qu’il s’agira d’un bon vin.

Parler de bon ou mauvais vin est très subjectif, en effet il s’agit là d’une affaire de goût propre à chacun !

Alors n’hésitez plus à goûter des vins de différentes gammes de prix, vous serez sans doute agréablement surpris !

 

A très vite pour notre série de l’été sur les idées reçues :-)!

 

AUTRES ARTICLES des Ateliers de Bacchus:

Saint-Emilion : ses sous-terrains
Qui était la duchesse Alinénor d’Aquitaine?
Le vin chaud, histoire ou légende? 

SUPER ARTICLE trouvé sur le net : Gilles de Revel : ” La viticulture engage une révolution “