13. Interview de Marlène Delolmo, Instragrammeuse autour du vin

Mar 9, 2022 | Au MICRO de Bacchus

Interview de Marlène Delolmo, Instragrammeuse autour du vin .

Pour ce nouveau podcast d’Au Micro de Bacchus, je suis ravie de recevoir Marlène Delolmo, influenceuser sur Instagram. Marlène DELOLMO nous parle de son parcours, de la création de son compte Instagram et de sa passion du vin. Elle nous explique en quoi consiste être Instagrammeuse autour du vin, les différentes facettes de son activité et son rôle avec les domaines.

Enfin, nous terminons par la fameuse rubrique perso ! 👍🏻

Retrouvez nous tous les 1ers jeudis du mois pour une nouvelle interview d’une personnalité du monde viticole-vinicole !

Bonne écoute

Pour satisfaire toutes les “teams”, retrouvez-moi dès aujourd’hui cet interview sur :

Team Youtube : Les Ateliers de Bacchus – Youtube 

Team Podcast : Spotify, Deezer, Apple Podcast …

Interview de Diala Younes

Je vous invite à liker, et à partager sans modération ❤

☀️ Bonne journée à tous ☀️

                                               

Bonjour à tous, je suis ravie de vous retrouver pour ce nouvel épisode au MICRO de Bacchus où je pars à la rencontre de personnalités du monde vitivinicole

Ce mois ci je suis ravie d’accueillir une instagrameuse Marlène Delolmo et j’espère vous apprendre plein de choses, à tout de suite.

Si vous voulez en savoir un peu plus sur le milieu vitivinicole, n’hésitez pas à vous abonner à la chaîne au micro de bacchus. Vous en apprendrez tous les mois un peu plus sur les métiers techniques, de communication, commerciale qui gravitent autour du milieu du vin.

Bonjour Marlène, merci d’avoir accepté mon invitation au micro de Bacchus. Marlène est instagrameuse dans le milieu vitivinicole, enfin plus précisément sur le vin. N’hésitez pas à aller voir son profil.

Je suis ravie d’être avec toi Pauline merci beaucoup pour l’invitation. Oui les réseaux sociaux je pense que c’est quelque chose que j’aime bien faire depuis un moment. Je suis Instagrammeuse spécifiquement comme tu viens de le dire dans les cinq.

Très bien et du coup est ce que tu peux nous raconter ton parcours : tu viens d’où, tu as fait quoi comme études, quel est ton travail…

Je suis mexicaine, j’habite à Bordeaux depuis six années maintenant. Au niveau études, j’ai fait des études en relations internationales après j’ai changé un peu je me suis dirigée vers le monde du vin. J’ai fait un diplôme en sommellerie et je fais actuellement un diplôme dans les spiritueux. J’ai également un master en économie du vin à l’Université de Bordeaux Montaigne.

Mais tu as combien de diplômes en fait ?

Et oui, il ne faut jamais s’arrêter ! Pour le moment le diplôme sur les spiritueux et puis c’est tout, je pense que c’est bon et après j’ai pas d’autres projets.

Alors est ce que tu peux nous expliquer ce qu’est le métier d’instagrameuse et d’influenceur ?

Les deux sont très liés même si les concepts d’influenceurs est un concept qui est assez ancien contrairement à ce qu’on pourrait penser. C’est un concept qui est à la mode en ce moment mais c’est un concept qui date des années 40, on l’utilisait déjà aux états unis. Aujourd’hui je pense que tout le monde peut devenir un influenceur : l’effet d’influencer une seule personne pour acheter que ce soit du vin dans notre cas ou un autre produit. Je pense que déjà à partir de ce moment là, on est on est des simples influenceurs.

Comment t’es venue cette idée de devenir instagrameuse ?

C’est pas que je m’ennuyais mais parce que bon ça prend du temps quand même c’est vrai ça prend du temps. Mais il y a aussi beaucoup de plaisir parce que pour moi le vin, c’est surtout le partage : l’histoire, la culture, le partage. Il y avait cette idée de partager mes dégustation, mes expériences autour du vin. Je pense que c’est à partir de là où j’ai commencé à le faire plus sérieusement.

Du coup Marlène , quel a été ton élément déclencheur pour devenir instagrameuse ? Comment tu as fait pour passer d’un profil d’instagram perso à une explosion d’une communauté quand même assez importante ?

C’est venu tout seul, ça fait quatre ans que j’ai commencé à le faire plus sérieusement parce que c’est vrai qu’avant c’était c’était plutôt un profil perso mais c’est venu tout seul. J’ai commencé à partager mes expériences autour du vin est de plus en plus il y avait mes amis, ma famille, les domaines qui ont commencé à mes contacter et parce qu’ils aimaient bien la façon dont je communiquais. Voilà c’est venu peu à peu ça a été graduel.

Quelles sont les différentes facettes du métier d’instagrameuse ? Qu’est ce que tu dois faire ? De la compta ?

Heureusement non, je n’en fais pas beaucoup. Mais je pense qu’il ya différentes facettes pour les influenceurs : il y a des influenceurs qui sont des blogueurs, des influenceurs qui préfèrent partager, toujours dans le monde du vin, ses expériences autour de l’oenotourisme. Donc il n’y a pas vraiment quelque chose de spécifique, ça dépend le profil souhaité pour la personnalité et l’envie de partager de chacun.

Par rapport à un entrepreneur qui crée une entreprise finalement, un entrepreneur lui la le commercial, le marketing, la compta je suis désolé ahaha tout ça.. Finalement ce qui est super dans le métier d’instagrameur / influenceur, c’est qu’on est focus uniquement sur sa propre passion.

Oui c’est vrai ! C’est l’important, déjà le fait d’être transparent, de pouvoir partager ce qu’on aime et ça ça se reflète immédiatement. Quand on fait quelque chose qu’on aime bien, ça se voit et ca se sent. Il ya déjà le côté communication, je suis une passionnée du marketing aussi donc il y a ces côté là.

Du coup comment a évolué ta communauté sur instagram ? Du jour au lendemain ? Quel est ton secret ?

Avec beaucoup beaucoup de patience, beaucoup de passion aussi ce qu’il faut c’est vraiment pouvoir transmettre sa passion. Si on le fait pas, ça n’attire pas les gens donc oui très très patient. Ça fait un moment que je le fais, il faut être très constante, j’essaie toujours de créer des contenus intéressants pour mes abonnés. Pour que ca soit toujours un profil qui les intéressent, pour que ça soit aussi un profil qu’ils aiment bien partager. Beaucoup de patience, beaucoup de travail, beaucoup d’investissements.

Combien de temps par jour ?

Maintenant c’est moins mais au début ça me prenait 4 heures par jour. Parce qu’il y avait la préparation bien sûr du contenu, c’est pas seulement goûter un vin et dire j’aime bien. Pour moi il y a derrière une histoire à découvrir, le savoir-faire à partager, donc il y des recherches ensuite il y à la dégustation : prendre le temps pour bien déguster pour essayer de partager ce qu’on est en train de déguster. Donc ça me prenait autour des 4 heures maintenant c’est beaucoup moins. J’essaie au moins 30 minutes à 40 minutes par jour et c’est pas tous les jours. Même si j’aimerais bien le faire tous les jours je le fais au moins trois fois par semaine.

Alors Marlène comment tu fais pour choisir les vins ? C’est toi qui choisis les vins ou bien c’est les vins qui viennent à toi ?

Je pense qu’il y a les deux, j’aime beaucoup les découvertes, le fait de découvrir des vins c’est vraiment impressionnant, c’est toujours très enrichissant. Donc il y a des vins qui viennent à moi et il ya d’autres que je choisis car j’ai des goûts quand même très spécifiques. J’essaie d’équilibrer mon profil avec des vins que moi je déguste parce que j’aime bien parce que j’ai choisi et avec des vins que je découvre.

Et alors les vins que tu mets en avant finalement, quel est l’impact sur ces vins que tu mets en avant ?

Mais déjà je pense que c’est surtout, et ça je le dis à chaque fois, au niveau visibilité. S’il y a un domaine, un cépage, une appellation qui est pas très connu mais ça permet de lui donner plus de visibilité. Avec un travail bien sûr de la part des producteurs mais ça peut représenter effectivement des ventes mais sinon c’est surtout la visibilité.

Bon et ce petit virus dans tout ça, est-ce qu’il a impacté le métier d’influenceurs ? Est-ce qu’il a impacté d’une manière ou d’une autre ?

Je pense que il y a toujours un côté positif même si la pandémie c’est quelque chose qui a affecté au niveau mondial, il faut toujours voir les côtés positifs. Et dans mon cas, oui on sait que qu’à partir de cette pandémie, il y a eu une explosion dans les réseaux sociaux très importante et c’est grâce à cette pandémie que j’ai eu l’occasion de découvrir beaucoup des vins, d’échanger beaucoup avec des producteurs. Ca c’est toujours très intéressant, donc à la fin si on peut mentionner les côtés positifs de la pandémie dans les réseaux sociaux c’est ça.

Et est-ce que du coup dans le métier d’Instagram, l’éco responsabilité à son un rôle à jouer ou est-ce que c’est plutôt toi en tant que spécialiste du vin finalement qui met cette valeur en avant ?

J’essaie de le mettre en valeur je pense que c’est un sujet d’actualité même s’il y avait des producteurs et de vignerons qui le font depuis un moment. Mais aujourd’hui je pense que c’est un sujet très important donc quand c’est le cas j’essaie de le mettre en avant, de le mettre en lumière. S’il ya un domaine qui est pas encore dans la démarche, ça ne veut pas dire que je vais pas les présenter.

Oui si tu l’aimes bien quand même, tu l’aimes bien quand même.

Bon et bien Marlène, c’est parti pour la réplique perso ! Alors si tu étais un cépage, tu serais lequel ?

Il y a deux cépages que j’aime beaucoup : la Syrah et le pinot noir.

Mais qu’est ce que tu fais à bordeaux Marlène ! Et ce sont deux cépages quand même bien différents : un qui est beaucoup plus doux, élégant et un autre beaucoup plus puissant.

Mais voilà !

Tu as deux facettes !
Si tu étais un livre français ?

Il y a un livre qui m’a marqué beaucoup, je l’ai lu il y a moment c’est Les Fleurs du Mal de Charles Baudelaire j’aime beaucoup.

Un gros pavé !

Oui il faut du temps pour le lire.

Et au Mexique, il y aurait un livre mexicain que tu voudrais mettre en avant peut-être ?

Oui, je pense c’est un personnage que peut-être vous connaissez parce que son image est très exploitée au niveau mondial c’est Frida Kahlo. Donc ça serait plutôt la biographie de Frida Kahlo. C’est une femme qui m’inspire beaucoup, une femme qui a eu une vie très très difficile mais qui a su s’exprimer à travers son art, un art très spécifique et que j’admire beaucoup.

Ok et bien merci Marlène en tout cas de t’être prêtée au jeu de cette interview de Au Micro de Bacchus. N’hésitez pas allez vous abonner à son compte et à vous abonner au Micro de Bacchus aussi.
A très bientôt merci beaucoup Marlène,

Merci aussi Pauline

Voici les anciennes interviews:

12. Interview d’Étienne CHARRIER, Directeur Technique du Château Prieuré-Lichine

11. [Vente en ligne] Interview de Jean-Benoit AUZELY, Fondateur du site de ventes privées de vin 20h33

10. [Oenotourisme] Interview de Philippe MASSOL, Directeur de la Cité du Vin

9. [Caviste] Interview de Pierre Antoine BORIE, propriétaire de la Cave BRIAU

8. [Vignoble] Interview de Simon RULLIER, directeur général de l’entreprise RULLIER

Suivez-nous sur nos réseaux : 

Instagram : https://www.instagram.com/lesateliersdebacchus/

Facebook : https://www.facebook.com/lesateliersdebacchus/

Linkedin : https://www.linkedin.com/lesateliersdebacchus/

Panier
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0