les-femmes-et-le-vin

Les Femmes et le vin :-)

Les Femmes et le vin… vaste sujet 🙂 On va essayer de résumer le passé et le présent…

Dans la société actuelle, la parité avance doucement, mais les hommes sont encore majoritaires dans certains secteurs. La filière du vin en est un.

Les femmes et le vin, le passé

Ce déséquilibre est dû à l’histoire ; En effet à l’Antiquité, les femmes étaient privées de boire du vin. Elles pouvaient encourir la peine capitale si elles désobéissaient à cet ordre.

Au Moyen-Âge, cette interdiction fut levée. Mais à la fin du XVIIIe siècle, un code de conduite très stricte dicte la morale bourgeoise : une “femme honorable” ne doit pas boire de vin.

Plusieurs idées reçues ont éloigné les femmes du domaine viticole. En effet, encore aujourd’hui, plusieurs pensent que sélectionner une bouteille et servir est le rôle de l’homme.

Pourtant, nombreuses fût les femmes passionnées à garder un lien avec le vin.

Par exemple, le Château d’Yquem fût reprit par la veuve Françoise-Joséphine en 1788. C’est grâce à sa persévérance que le Château doit sa renommée mondiale d’aujourd’hui.

Un second exemple avec les veuves Pommery et Clicquot qui reprirent, avec succès, la tête de leurs domaines champenois au XIXème.

 

Les femmes et le vin… aujourd’hui 🙂

Un nouveau phénomène vu le jour dans les années 1970 : plusieurs femmes entreprirent de créer des domaines viticoles. Par passion, elles deviennent actrices principales de leur exploitation. Actuellement, 30% des chefs d’exploitation viticole sont de sexe féminin

Les idées reçues tombent petit à petit et les mentalités changent. Les femmes sont de plus en plus épicuriennes : trois quarts d’entre elles boivent du vin régulièrement et/ou occasionnellement.

Les nouvelles générations y portent un intérêt tout particulier ! En effet 50% des promotions d’œnologie sont des femmes. Pour les 25-35 ans, il n’y a aucune différence entre les femmes et les hommes : ils sont curieux et n’ont aucun a priori sur la question.

Les femmes sont donc de plus en plus entendues dans le monde du vin. En œnologie, elles sont bien souvent dotées d’une sensibilité qui leur est propre, et d’une finesse qui leur permet de nuancer les différents types de vins.

La révolution est en route !

 

AUTRES ARTICLES des Ateliers de Bacchus:

Saga de l’été, partie 1 (Le dépôt est un défaut du vin / Le Champagne se sert dans des coupes ou des flûtes / Un bon vin est forcément cher)

Partie 2, Saga de l’été, (un vin vieux est meilleur qu’un vin jeune / il n’y a que les vins rouges qui vieillissent en fûts / on ne fait du vin blanc qu’avec des raisins blancs)

Saga de l’été, partie 3 (Fromage = Vin rouge / Un vin bio ne contient pas de sulfites / Les vins vieux sont plus tanniques que les vins jeunes)

Partie 4, Saga de l’été (Les vins étrangers sont moins bons que les vins Français / Le millésime est obligatoire sur une étiquette de vin / Le vin blanc sucré est parfait pour l’apéro)

Article hors Ateliers de Bacchus : Vitisphère : Les femmes ne font plus tourner le vin mais les inégalités demeurent